Fort d’Eben-Emael: une histoire de toilettes

Devise du Fort de Eben-Emael.
Je me rappelle une anecdote pas très ragoûtante, mais je ne résiste pas au plaisir de vous la raconter.
Gérard Jans

Avant sa prise en 1940, le Fort d’Eben-Emael est un lieu de vie et de formation pour les militaires de carrière et ceux effectuant leur service. Gérard Jans est un ancien soldat-milicien belge de la classe de 1939. Il raconte dans plusieurs numéros du « Coin des anciens« , un journal feuilleton des vétérans de cette garnison, la vie quotidienne d’un soldat au fort. Parmi les bons et les mauvais moments, il retranscrit sur le ton de l’humour une anecdote assez originale…

« Je me rappelle une anecdote pas très ragoûtante, mais je ne résiste pas au plaisir de vous la raconter. Or donc, à notre arrivée à Wonk, je fus désigné avec mon groupe pour être logé dans la salle du patronage. Pour aller aux toilettes, il fallait sortir dans une espèce de petite cour. Dans cette cour, se trouvait un seul et unique W.C. pour une soixantaine d’hommes. Quand on ouvrait la porte, on voyait une planche percée d’un trou, par là où on voyait la fosse d’aisance. Après 4 ou 5 jours d’utilisation intensive (on ne sait pas arrêter les fonctions naturelles, même pendant une mobilisation) nous avions rempli la fosse, par-dessus la planche percée, au grand dam du curé qui habitait la maison contiguë. Ce W-C. fut condamné et nos chefs nous firent creuser des feuillées (latrines) dans le jardin, mais l’emplacement était mal choisi, depuis sa cuisine, la servante du curé voyait les hommes se déculotter. »

Découvrir d'autres sites de mémoire

Retour à toutes les anedoctes

Partager
votre témoignage

Vous avez des informations sur des événements vécus par votre famille pendant l'un des deux grands conflits mondiaux? En transmettant votre témoignage, vous enrichissez notre rubrique "s'inspirer des héros".

Je témoigne

Suivez la communauté Land of Memory