Le drapeau mystère du Bataillon du Général Leman

Default Anecdotes
Le lignard belge Lange s’empare du drapeau et de son baudrier parmi les cadavres allemands. Il s’agit du tout premier drapeau conquis au combat sur tous les fronts de la Grande Guerre.

En août 1914, le Général Leman charge le IIe Bataillon du 12e de Ligne, commandé par le Major BEM Collyns, d’une double mission. Les objectifs de la mission étaient d’interdire à l’ennemi l’utilisation du pont de Wandre et de bloquer toutes les voies d’accès venant du nord de Herstal. Le bataillon avait déjà pris part à la défense du pont de Visé le 4 août. Constitué seulement de 450 hommes, il accepte cette mission et s’installe sur tous les points permettant de battre le terrain.

Dans la nuit du 5 au 6 août, vers 1h du matin, les Belges sont débordés par une forte colonne de soldats ennemis qui perce l’intervalle entre les forts de Pontisse et Liers, et dévale les pentes d’Hermée. Le Major Collyns laisse la colonne s’engager en profondeur dans l’agglomération avant d’ouvrir un feu dévastateur vers celle-ci. À plusieurs reprises, les tentatives d’attaques frontales allemandes sont repoussées avec de très lourdes pertes. Le Major von Arnim, de nombreux officiers et le sergent Möller, porte-drapeau, font parties des morts de cette offensive.

L’épopée du drapeau ennemi

Le lignard belge Lange, s’empare du drapeau et de son baudrier parmi les cadavres allemands. Il s’agit du tout premier drapeau conquis au combat sur tous les fronts de la Grande Guerre. Le précieux trophée est envoyé aussitôt au QG du Général Leman. Le matin du 6 août, Leman s’établit au Fort de Loncin, emmenant le drapeau pris à l’ennemi. Il le présente à la garnison et l’installe dans son bureau. Après l’explosion du fort le 15 août, le drapeau sera, selon la version allemande, retrouvé intact dans les décombres. Le 20 août, il aurait été restitué au 89e Grenadiers au cours d’une cérémonie présidée par le Grand-Duc de Mecklembourg-Schwerin. Il semblerait qu’il ne s’agissait en fait que d’une réplique, puisqu’en juin 1940, les Allemands se présentent au Musée de l’Armée pour récupérer leur drapeau…

Quant au baudrier, il avait été caché pendant l’occupation à l’administration communale de Herstal. En 1931, la commune l’offre au 12e de Ligne à l’occasion du centenaire de la création du régiment. Il est actuellement conservé au Musée Royal de l’Armée.

Découvrir d'autres sites de mémoire

Retour à toutes les anedoctes

Partager
votre témoignage

Vous avez des informations sur des événements vécus par votre famille pendant l'un des deux grands conflits mondiaux? En transmettant votre témoignage, vous enrichissez notre rubrique "s'inspirer des héros".

Je témoigne

Suivez la communauté Land of Memory