Une bière belge américaine?

Bastogne War Museum - Casques militaires.
"Il décide alors de nettoyer son casque avec un peu de neige puis de le remplir de bière. Il retourne en courant à l'église, sous les tirs d'obus de l'artillerie."
Vincent Speranza
Vincent Speranza

Vincent Speranza, vétéran historique

Vincent Speranza est un jeune remplaçant qui rejoint la 101st Airborne Div à Mourmelon en novembre 1944. Il est affecté à la 501st Parachutist Inf. en qualité de mitrailleur. À l’âge de 19 ans, il part avec son unité à destination de Bastogne où il va participer à la terrible Bataille des Ardennes. En novembre 1945, il est démobilisé et de retour aux Etats-Unis. Traumatisé par son expérience de soldat, il ne parlera pas de ses souvenirs, excepté en sa qualité de professeur d’histoire.

Après une rencontre avec une citoyenne américaine d’origine belge qui l’encourage à retourner un jour à Bastogne, il décide d’entreprendre un voyage sur les traces de son passé. C’est en 2009, lors de son premier voyage à Bastogne qu’il découvre qu’une page d’histoire s’est écrite et qu’il en est l’auteur. Un beau jour de septembre, Vincent accompagné de sa fille, rencontre tout à fait par hasard Johnny Bona du 101st Airborne Museum.

Les origines de la Airborne Beer

Après avoir expliqué qui il était, Johnny Bona l’invite à retourner sur les lieux où son unité était déployée près de Mont (partie Est du périmètre de Bastogne). Arrivé sur place, Vincent retrouve sans hésitation l’endroit où il est resté plus d’un mois dans un foxhole glacial. Après un long moment de recueil sur place, Vincent suggère qu’ils déjeunent ensembles. Beaucoup de souvenirs remontent en lui et soudain, il raconte l’histoire suivante :

Un jour de décembre, son unité en position dans le secteur du village de Mont face à Neffe, est bombardée par l’artillerie allemande. Son compagnon d’arme est touché par plusieurs éclats à la jambe et Vincent est chargé de l’évacuer au poste de secours déployé dans l’Eglise St Pierre. Deux jours plus tard, Vincent doit se rendre à Bastogne pour aller chercher des batteries de radio. Il profite de l’occasion pour aller rendre visite à son ami Joe Wyllis. Il entre dans l’église et est frappé par un spectacle désolant; les blessés sont couchés par terre, sans médicaments, grelottant de froid, les blessures pansées avec des morceaux de draps déchirés. Lorsque Vincent voit son ami, celui-ci lui demande de trouver quelque chose à boire. Vincent lui répond : « Joe, où veux-tu que je trouve quelque chose à boire dans cette ville détruite ? Je vais voir ce que je peux faire ».

Vincent sort de l’église et remonte la grand-rue en direction de la place du Carré. Après avoir marché quelques dizaines de mètres, il passe devant une petite taverne très abimée par les affres de la guerre. Il y entre et découvre un spectacle désolant, les vitres sont brisées, le mobilier est cassé, tout est éparpillé. Il remarque alors qu’une pompe à bière est toujours intacte et qu’elle fonctionne. Ne trouvant aucun récipient, il retire son casque d’acier, le nettoie grossièrement avec un peu de neige et le rempli de bière et s’en retourne à l’église. Son ami et bien d’autres blessés sont heureux de goûter à quelques lampées de bière. Vincent repart vers la taverne et revient peu après en tenant précieusement son casque à nouveau rempli de bière. À peine entré dans l’église, il tombe sur un médecin qui lui passe un sérieux savon pour avoir donné de la bière à des blessés touchés à la poitrine et au ventre. Vincent quitte alors les lieux sans demander son reste et rejoint son unité avec les batteries radio.

Un beau souvenir en Belgique

Vincent ignorait tout de l’existence de cette bière « Airborne » brassée dans la région et dont l’étiquette représente un parachutiste portant un casque rempli de bière.

J.Bona l’invite à venir le lendemain chez lui et ne dit rien à propos de cette fameuse bière « Airborne ». Surprise totale quand J.Bona arrive avec un plateau garni de quelques bouteilles et de quelques « mugs » à la forme du casque. : 65 ans après cette terrible bataille, Vicent Speranza a su qu’il avait laissé des traces et un beau souvenir !

« Brassée selon la recette de la brasserie Lamborelle, Airborne Beer vous ramènera en 1944. Cette bière brassée selon la tradition belge se décline en une version blonde et une double brune. Elle est non filtrée et servie dans des bouteilles de 33cl ou dans une réplique de la coupe de casque de la Seconde Guerre mondiale. » Extrait du site officiel Airborne Beer.

Vincent Speranza tenant des bouteilles de Airborne Beer
© Airborne Beer Facebook

Découvrir d'autres sites de mémoire

Retour à toutes les anedoctes

Partager
votre témoignage

Vous avez des informations sur des événements vécus par votre famille pendant l'un des deux grands conflits mondiaux? En transmettant votre témoignage, vous enrichissez notre rubrique "s'inspirer des héros".

Je témoigne

Suivez la communauté Land of Memory